Coronavirus : les chiffres montent tout doucement en Côte d’Ivoire

Article : Coronavirus : les chiffres montent tout doucement en Côte d’Ivoire
21 mars 2020

Coronavirus : les chiffres montent tout doucement en Côte d’Ivoire

Le vendredi  20 mars 2020, la Côte d’ivoire a enregistré cinq nouveaux cas confirmés de personnes atteintes par le Covid-19. Ils ont tous séjourné en France avant de venir en Côte d’Ivoire dans le courant du mois de mars. Désormais, le nombre de malades confirmés passe de neuf à 14 pour une personne guérie. Le nombre va-t-il à nouveau augmenter ? Je ne le veux pas et je refuse cette éventualité. Mais si les Ivoiriens continue à vivre comme s’il n’y avait rien, je crains le pire.

Vivre comme d’habitude?

Dans beaucoup de pays, l’heure est au confinement. Respect strict des mesures prises par les autorités. Malheureusement dans ma Côte d’Ivoire, les gens vivent comme d’habitude.

  • On se tape dans les mains pour se saluer comme d’habitude ;
  • Entre potes, on s’invite sur les belles plages de Bassam, d’Assinie, d’Azurety et de Jacqueville comme d’habitude ;
  • On se fait une partie de maracana comme d’habitude ;
  • Les marchés et abattoirs sont bondés comme d’habitude ;
  • Les bars, avec leurs lots de « couche-tards » bougent comme d’habitude ;
  • Et on se partage les fake news sur le coronavirus entre amis comme d’habitude.
Ivoiriens à la plage malgré la présence du Coronavirus
Ivoiriens à la plage malgré la présence du Coronavirus

Pendant que les chiffres augmentent…

Pendant que les chiffres grimpent tout doucement sous nos yeux, les riches ont droit à une quarantaine dorée à leur domicile. Les pauvres ont droit à une quarantaine précaire, groupés entre probables porteurs du virus et personnes saines. Pendant ce temps, nos députés, plus préoccupés par les prochaines élections que par leur santé se réunissent, sans respect des consignes de distance,  pour tailler une constitution sur mesure pour notre brave tchê. Pour le gouvernement, l’urgence est ailleurs. Le Ministre de la Santé et des forces de l’ordre échangent même avec les voyageurs en quarantaine sans protections et respect des consignes. Pendant ce temps, d’autres comptent sur le Gbêlê, une boisson locale frelatée, pour disent-ils combattre le coronavirus.

De grâce, le coronavirus est une réalité en Côte d’Ivoire. Respectons les consignés données quelque soit notre titre, grade et situation sociale de peur de voir le nombre d’infectés grossir de manière exponentielle.  Je ne veux pas vivre avec une combinaison, pour dormir, pour travailler et pour tous les autres moments de la journée !

Partagez

Commentaires