Bravo la République 

S’il y a une maxime que tout le monde affectionne, c’est cette maxime tirée des Evangiles  : « Tout ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, vous devez le faire pour les autres ». Seules les autorités ivoiriennes ne semblent pas s’aligner sur ce genre de vérités passe-partout.

Ce mercredi, 26 août 2015 Moussa Dadis Camara a été refoulé à l’aéroport d’Abidjan. Dans quel objectif ? On ne le saura peut-être jamais. Grande a été la déception de ses fans venus nombreux pour l’accueillir. L’ancien homme fort de Guinée a été contraint de retourner à Ouagadougou.

Le 19 juin l’artiste reggae Tiken Jah avait été refoulé en RDC, ce qui l’a empêché de se produire au Festival de jazz. Cette expulsion n’a pas été du goût des mélomanes zaïrois, mais encore plus de celui des ivoiriens.

Si Tiken Jah est connu pour ses textes très engagés qu’a donc bien pu faire Moussa Dadis aux autorités ivoiriennes ?

Dadis espérant bénéficier de la libre circulation des résidents de la Cédéao, a-t-il pensé bien faire en passant par Abidjan pour rejoindre la Guinée. Dans quel but ? Répondre à ses détracteurs et pouvoir ainsi se présenter aux futures élections. On pourrait sans se tromper et dire qu’il s’agit d’un « Retour avorté de Dadis au pays natal ».

Cette mesure dont a été l’objet Moussa Dadis a suscité en moi des interrogations qui ne trouveront peut-être jamais de réponses satisfaisantes. L’homme est-il une menace pour le régime Conté ? D’où est venu l’ordre de ne pas lui permettre d’atterrir sur le sol ivoirien ? Que lui reproche Abidjan ?

Tant mes interrogations sont nombreuses, je me perds dans mes pensées. J’imagine Moussa Dadis, penché sur le hublot de l’avion et ruminant sa colère. Que pouvait-il se dire ?

Une chose est sûre, l’homme a son franc-parler, il n’en restera pas là.

Une fois de suite bravo la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *