Le jeudi 11 Février à Abidjan, la Haute autorité pour la bonne gouvernance (HABG)  a remis, au Président Alassan Ouattarra, la liste d’un certain nombre de personnes ayant déclarés leurs biens. Ils sont au nombre 2 581 personnalités sur une liste de 4 459. 

Lors de cette cérémonie de présentation du Rapport d’activités annuel de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance au Président de la République,  le président ivoirien n’a pas manqué de  qualifié ce nombre de 2581 personnes d' »insuffisant ». Il a aussitôt instruit le président, de la Haute autorité pour la bonne gouvernance, de  faire en sorte que ceux qui ne l’ont pas encore fait le fassent le plutôt possible.

Même si cette pratique assez inhabituelle n’était pas dans les mœurs ivoiriennes,  cela fait jaillir en moi des interrogations. Pourquoi les autres ne l’on t-il pas fait? Quelles sanctions pour ces derniers? Pourquoi ne pas rendre publique ce rapport plutôt que de les glisser très confidentiellement entre les mains du président? Que va-t-il se passer après la déclaration du patrimoine?

En effet, cette  déclaration des biens fait suite à   l’article 8 de l’ordonnance n°2013-660 du 20 septembre 2013 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées, telle que modifiée par les ordonnances n°2013-805 du 22 novembre 2013 et n°2015-176 du 24 mars 2015, qui stipule que:

« la déclaration de patrimoine est faite dans les trente jours qui suivent la prise de fonction ou le début de l’exercice du mandat. Après la cessation de leurs fonctions et dans un délai qui ne peut excéder trente jours, les personnes citées à l’article 5 de la présente ordonnance produisent une autre déclaration de patrimoine ».

En tout état de cause, ces retardataires ont encore le temps de nous mettre bien les yeux avec leurs voitures luxueuses, leurs maisons hauts standings et de voyager avec leurs familles sans être inquiété. Allez les gars vous avez encore le temps d’abuser du système pour vous remplir les poches.

Alors que, dans le même temps de nombreux jeunes crèche dans le chômage chronique, sans savoir si un jour il aura un petit boulot pour faire voyager sa famille simplement dans une autre ville du pays.

selon Seydou E. Diarra, président de la HABG, il y aurait à ce jour seulement 63 dossiers de plaintes de dénonciation de corruption dont six sont déjà en instruction devant le procureur de la République ».

Bravo la république! C’est le citoyen lambda qui est aveugle? ou le c’est le gouvernement qui ne voit pas ce qui se passe chaque jour sur les routes, dans les concours pour entrer dans l’enseignement, l’armée?

Mesdames et messieurs veillez les ivoiriens vous regardent. Veillez donc déclarer vos biens sinon ce sont les pauvres qui seront contents d’habiter un pays de riche.