Le Zouglou est en perte de vitesse; C’est  le moins qu’on puisse dire. Tant les Zougloumens se font brillamment remarquer par leurs absence sur la scène musicale actuelle.

Depuis quelque temps quand j’allume  ma télé le spectacle est le même. J’entends et je vois la même chose du matin au soir. Si ce n’est pas  » Ada Ada » de Flavor, c’est le groupe Toofan qui me ronronne:
ALORS ON LES GWETA, GWETA, GWET, FREE STYLE! 

Ou encore c’est Yemi Alade et son :

Johnny mo, Johnny mo 

I looking for my Johnny eh 

Where is my Johnny, Johnny mooo …

Et bien d’autres artistes venus du Nigeria, du Cameroun, du Benin …

Alors…
Je m’interroge: Où sont passés tous ces artistes qui ont bercés mon enfance, m’ont fait oublier un temps soit peu mes maux à travers leurs mélodies. Fruit de la crise universitaire, sociale et politique qui, en 1990, secoue la Côte-d’Ivoire entière, le zouglou est une création musicale des étudiants en révolte contre la société. Cette musique relate les réalités sociales diverses vécues par la jeunesse ivoirienne et porte tantôt des messages humoristiques, tantôt des messages politiques, ou bien, plus souvent, délivre des conseils sur la vie. Enfin! se soupirait-on du côté de la Lagune Ebrié. Une musique propre à la côte d’ivoire est née. Laïc, le zouglou l’est en ce sens qu’à la différence de la rumba congolaise, du highlife et du reggae qui sortent à un moment où à un autre de la matrice de l’Église coloniale, le Zouglou est libre de toute attache religieuse. Le zouglou ne chante pas pour l’élite et il est pratiqué par des artistes qui viennent du bas de l’échelle sociale. Quand nous autres qui venons également du bas de l’échelle, écoutons cette musique, nous somme comme transporter  et reprenons goût à la vie.

Cependant, force est de reconnaitre que le Zouglou se meurt. Malgré le nouveau slogan arboré depuis l’avènement du Coupé Décalé :

« Le ZOUGLOU vivra » . 

Depuis, des artistes Zouglou essaient tant bien que mal de donner un sens à cet slogan.  Jc Pluriel, Les Pros du Zouglou, Espoir 2000, Le Manifique, Yabongo Lova ont dernièrement mis du baume au cœur des fans du Zouglou. Mais des groupes phares comme Magic System, Les Garagistes, Yodé et Siro et bien d’autres ont quelque peu disparu de la scène musical Ivoirienne. Quand au précurseurs tel Bilé DIdier, Lago Paulin, Alan Bill ils sont quasi invisible. Ce qui confirme bien les impressions de l’enfant de Gbatanikro Petit Denis qui chantait en duo avec Dezy Champion :

« Mais moi j’ais comme l’impression que les Zougloufiles sont encore au placard. Où est passé toute l’inspiration? Mais Qu’est-ce qui se passe? « 

En tous cas je me pose les même questions. Est-ce le manque d’inspirations? Est-ce la piraterie? Est-ce la concurrence  avec les adeptes du Coupé-Décalé qui freine les Zougloufiles? En tous cas rien n’est sûre. Une chose est sûre c’est que les DJ qui devrait fair passerla musique Zouglou dans les maquis, les bars et autres lieu où nous nous retrouvons pour passer du bon temps se sont mis eux aussi à la musique. Les arrangeurs s’y sont également mis.

Alors pour libérer en zouglou, entendez par là pour danser, me défouler , je me rabat sur les rétros que certains amis trouvent moyenâgeux, m’invitant à me mettre  à jour.

Mais comme moi beaucoup de fans sont optimistes  quand au retour du Zouglou sur la scène musicale national et internationale; car « DECOURAGEMENT n’est pas IVOIRIEN« . Et comme on le dit :

« En Zouglou ça réussit toujours! »
 
Pour d’autres infos sur les Origines du Zouglou cliquez ici
Sources: Generation Zouglou,  Wikipédia, EBONG 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *